All Posts Tagged: toucher

Carnet de consultation en néo-natologie

Un bébé à l’hôpital Calmette, né hier.

 

Salut petite fille

Je ne sais plus ton nom et cependant ton corps est dans mes mains,

Une sensation précise, aigüe, percutante

Celle de ta souffrance.

Ta naissance, césarienne en urgence car toxémie gravidique de ta maman.

Maman est dans le coma

 

Ton corps hypotonique ne révèle aucune détresse vitale, aucune anomalie tissulaire ou mécanique, aucun trouble neurologique.

 

Ton immobilité

Ton silence

Ton regard ailleurs

Parlent pour toi.

 

Tu as peur

Tu es inquiète car ta maman est peut-être morte et tu n’as pas nouvelles.

 

Autour de toi, des professionnels de santé sont ici pour apprendre l’ostéopathie, et découvrent que les mains perçoivent les émotions.

Ils découvrent qu’un bébé peut souffrir dans son corps et dans son âme, qu’un bébé voit tout, sent tout, entend tout !

 

A ma demande, le Dr V téléphone dans le service de réanimation où est ta maman, prends des nouvelles et te rapporte cela au creux de l’oreille.

 

Tu deviens attentive

Tourne ta tête vers le Dr V

Tu la regardes

 

Je vois ton corps s’apaiser

On soigne maman, elle va revenir.

Lire la suite

C’est l’histoire d’une sciatique guérisseuse…

 

Cyril, 35 ans, gynécologue, souffre d’une sciatique gauche depuis environ deux mois.

Le trajet douloureux est grosso modo celui de L5. Il n’y a aucun signe neurologique.

Les examens complémentaires sont normaux.

Les traitements médicamenteux sont inefficaces.

 

Le diagnostic ostéopathique lui permet de prendre conscience des différences de sensation dans son corps, et notamment d’une inertie du bassin comme suspendu sous le thorax, le reste du corps étant libre.

 

Cette sensation est confirmée par le toucher ostéopathique qui ajoute la perception d’une densité particulière au niveau de la trame osseuse du sacrum.

 

Le traitement commence et le travail se focalise immédiatement vers le sacrum, jusqu’à ce que Cyril évoque un traumatisme physique à 7 ans, celui d’une chute à califourchon sur un portail qu’il était en train de franchir malgré l’interdiction de ses parents.

Cette interdiction fut alors inductrice du non-dit de cet accident et du silence imposé sur cette douleur.

 

Les tissus locaux deviennent rapidement libres et respirent.

Pourtant, lorsque mes mains se placent au contact de la tête, le lien du corps ne se fait pas et la zone périnéale devient une zone de fuite, comme un puit sans fond.

… un non-dit…

 

C’est alors que les bulles du passé viennent éclater à la surface du présent.

Elles éclairent l’esprit de Cyril dont le corps commence à respirer librement en ouvrant les retenues d’un souvenir insupportable, celui d’attouchements et agressions sexuelles à 4 ans.

Il comprend, il voit tout, y compris le pourquoi de son métier et la raison de ses douleurs.

 

En lisant cette histoire à travers les tissus du corps, je peux dire que cette sciatique est une fissure dans un corps en défense.

L’enfant n’a pu confier sa souffrance, et, lors de sa maturation neurologique à 7 ans, a trouvé le moyen de créer un bouclier de protection par l’intermédiaire de cette chute au décours d’un geste interdit.

 

Cela veut dire qu’un symptôme doit ouvrir nos mains de thérapeutes bien au-delà de la zone en souffrance. Cela veut dire qu’il faut quitter les concepts de restriction, de lésion ou dysfonction et utiliser le diagnostic ostéopathique aux fins de reconnaître les différentes sensations exprimées par le corps et l’esprit de nos patients.

Cela implique de leur donner de l’espace ainsi qu’une dimension anamnestique, et accorder autant d’importance à chacune des informations perçues.

 

Lire la suite

Une histoire à l’envers…

 …car la consultation se déroule à la fin de l’histoire.

Il est arrivé dans le ventre en même temps que sa sœur et sa vie d’embryon a débuté dans le cocon de l’endomètre utérin.

Il a su qu’elle n’était pas là et ne viendrait pas.

Sans attendre il a choisi son chemin pour vivre.

A cinq semaines de grossesse, maman a vécu l’angoisse et la douleur d’une grossesse extra-utérine.

Et lui, s’est tapis dans le secret de la paroi utérine tandis que sa sœur quittait le chemin et que sa mère, sous anesthésie générale, avait disparue.

Il a vrillé son placenta pour s’accrocher mieux…et, le « miraculé », est arrivé au terme.

Seul le placenta n’a pas suivi. Il a fallu le délivrer par un geste chirurgical afin d’éviter une hémorragie fatale.

 

Il est vivant, entouré, conscient de ce à travers quoi il est passé.

Il intègre les inquiétudes de maman, avec celles de papa.

Il décide de grandir vite, d’être un grand et sérieux garçon dès à présent.

Il sent qu’ils ont besoin d’aide.

Il ne dort plus.

Voici le symptôme prétexte à la consultation ostéopathique.

Il ne dort plus parce qu’il veille et protège ses parents.

Il veut porter pour soulager, capter pour transmuter, leur deuil, leur inquiétude, cette expérience douloureuse.

 

C’est au prix de son enfance sans jeu qu’il entretient sa blessure d’embryon.

 

Et c’est dans cet instant que l’ostéopathe doit connaître la conscience du geste et celle de l’intention, sans jugement ni à priori.

Il doit trouver un état d’observateur et de neutralité pour comprendre les mouvements, les formes, la qualité vitale, qui s’ouvrent sous la main.

Il doit être lucide, chercher la cause, et trouver le processus thérapeutique qui guérit.

Dr Patrick Jouhaud.

 

Lire la suite

Les plagiocéphalies du jeune enfant

 

Cet article a pour but de définir la plagiocéphalie de l’enfant ainsi que ses origines.

Il en découle un processus thérapeutique ostéopathique.

 

La définition de la plagiocéphalie vient de l’association de deux mots grecs « plagio » qui veut dire oblique, et « kephale » qui veut dire tête.

Il s’agit donc d’un crâne asymétrique subissant un aplatissement unilatéral sur sa partie antérieure ou sur sa partie postérieure.

 

Pour ce qui concerne les étiologies organiques il faut écarter la crâniosténose. C’est une fermeture ante natale d’une ou de plusieurs sutures crâniennes. La crâniosténose correspond vraisemblablement à une maladie des sutures et n’est pas du domaine des plagiocéphalies ostéopathiques.

Les étiologies qui concernent l’ostéopathie sont en majorité postérieures. Elles ont une origine positionnelle intra utérine et posturale.

 

 

De fait le crâne doit pouvoir se déformer puisqu’à la naissance les os du crâne de l’enfant sont tous disjoints et de nombreuses fontanelles en émaillent le pourtour.

 

Les déformations dont l’origine est ante natale sont les plus importantes et les plus difficiles à soigner. Elles ne sont pas toujours perceptibles ni visibles à la naissance et se développent rapidement dans les premières semaines de la vie du nourrisson.

 

Elles sont différentes des déformations per natales qui se produisent pendant l’accouchement. Celles-ci pourront être corrigées par un seul traitement ostéopathique.

 

Lorsqu’elles sont d’origine per natales, elles sont provoquées par les circonstances de l’accouchement qu’il soit long, difficile, qu’il soit entravé par un problème de bassin de la maman …  Bref, quelles que soient les circonstances de la naissance, quelles que soient les présentations de tête de l’enfant par occiput antérieur ou postérieur, frontal ou de face, par l’utilisation d’instruments aidant à l’extraction et limitant la souffrance de l’enfant, ces déformations per natales sont toujours visibles à la naissance, souvent accompagnées d’une souffrance immédiate et relèvent d’un traitement ostéopathique immédiatement efficace.

 

Les déformations les plus complexes apparaissent après la naissance. Elles sont la plupart du temps d’origine ante natale, conséquence d’un conflit d’espace, soit par rapport à une multiparité, soit par rapport à des présentations à caractère dystocique.

 

Elles sont majeures, car en augmentation de fréquence considérable dans nos sociétés occidentales. Elles sont révélées par le décubitus dorsal systématique lié à la prévention des morts subites inopinées des nourrissons.

 

 

Elles ne se corrigent pas spontanément et sont toujours du ressort d’un traitement manuel.

 

Le crâne est normal à la naissance ou bien il est déformé par une contrainte. Ces situations sont plus fréquentes chez les garçons que chez les filles et plus fréquentes sur le côté droit que sur le côté gauche ; elles sont favorisées par un torticolis de naissance ou un latérocolis.

 

Elles sont observées si un méplat est présent sur un des deux côtés de l’occiput et si une obliquité est constatée dans l’axe frontal des oreilles. Les plus importantes se manifestent avec une incidence sur la face provoquant une scoliose du visage ainsi qu’une bosse frontale.

 

Le diagnostic différentiel reste la synostose lambdoïde, rare, visible dès la naissance et qui s’exprime par un aplatissement aigu de l’occiput.

 

Pour ce qui concerne les traitements, il faut noter pour mémoire la possibilité d’utiliser des orthèses crâniennes, traitement qui est contraignant, peu efficace et onéreux.

 

Le traitement manuel doit toujours être accompagné de consignes posturales précoces données aux parents : coucher l’enfant en décubitus ¾ opposé à la déformation, le stimuler de façon à ce qu’il tourne toujours sa tête vers son côté difficile, l’alimenter par une approche bilatérale et lui autoriser une position en décubitus ventral au-delà de l’âge de 6 mois.

 

La prise en charge ostéopathique est caractérisée par un modelage de la dure-mère crânienne et une libération de toutes les tensions des bandelettes durales ayant subi le moulage intra-utérin.

 

Toutes les sutures crâniennes sont ainsi déverrouillées.

Le sphénoïde et l’articulation entre l’occiput et le sphénoïde sont également libérés.

 

Il faut, en outre, tenir compte des contraintes périphériques provoquées par celles de la vie fœtale et considérer l’enfant dans sa globalité par rapport à sa posture.

Le latérocolis, voire le torticolis, et donc la déformation crânienne, pourra être provoqué par des contraintes de bassin, d’abdomen ou de thorax.

 

 

Par conséquent, la prise en charge ostéopathique sera toujours globale avec un traitement tissulaire associé parfois à un traitement de relâchement myofascial. Ces traitements s’adressent à l’ensemble du corps du nouveau-né. Techniquement, il s’agit d’une approche manuelle avec une main sous la tête, une main sous le bassin, reproduisant le core-link dans l’élaboration d’un processus thérapeutique synchronisant le lien entre l’occiput et le sacrum.

 

 

 

 

La pression des mains doit toujours être adaptée si tant est qu’il doit y avoir pression des mains.

Une direction sera donnée par l’information tissulaire et la connaissance anatomique de l’enfant ; cette direction devra être suivie.

 

Egalement, la vitesse avec laquelle les tissus de l’enfant informent de la direction à suivre, doit être respectée. Les mains doivent suivre et respecter les arrêts des mouvements ainsi que les reprises.

Il faut être prêt à tout changement de rythme et de direction.

 

La règle est de savoir faire plus, de savoir faire moins, et de savoir attendre.

 

En conclusion, la prise en charge ostéopathique des plagiocéphalies du jeune enfant est préventive pour le devenir du visage de l’enfant ainsi que celui de sa posture. Il est indispensable d’avoir comme objectif de supprimer la présence d’une scoliose du visage. L’enjeu est de prévenir la survenue d’une scoliose de l’adolescent.

 

Lorsqu’il s’agit des plagiocéphalies d’origine ante natale il est important de donner trois ou quatre traitements par an pendant les deux premières années si cela s’avère nécessaire. La répétition des traitements s’explique par l’accompagnement de la croissance rapide du crâne entre la naissance et 2 ans.

 

Le pronostic est excellent avec un résultat esthétique et fonctionnel parfait surtout si la prise en charge est faite avant l’âge de 6 mois.

Au-delà de 2 ans le traitement devient difficile et nécessite d’accompagner l’enfant pendant toute sa croissance.

Dr Patrick JOUHAUD

 

 

Lire la suite

émotion partagée

Il était si faible, petit, léger comme une plume au point que je ne l’ai pas senti la première fois que je l’ai porté dans mes bras.

Il était absent à son corps, comme sans conscience et les yeux sans regard.

Son corps, un objet raide, spastique, comme du bois, allongé sur la table d’examen, ne s’est même pas déplié.

 

Il venait d’être recueilli par un orphelinat, confié à celui-ci par un hôpital à qui cet enfant avait été remis car trouvé sur le bord de la route.

C’est un enfant sans espoir car atteint d’une infirmité de naissance, paralysé, sans aucune progression neurologique, dépendant.

C’est un enfant abandonné car sans avenir productif.

Mes mains d’ostéopathe l’ont traité sur tous les plans, tissulaire et articulaire, ont aidé à une meilleure respiration. Elles ont agi sur les émotions perverses, elles ont aidé à apaiser ce corps à vif.

Il a fallu motiver sa prise en charge par l’entourage car son état nécessitait beaucoup de présence, d’être touché, nécessitait beaucoup de patience.

Je l’ai revu un an après. Il était moins raide, un peu déplié et toujours absent à lui même, indifférent aux autres.

Un second traitement ostéopathique a guidé son corps vers plus d’apaisement, une respiration synchrone.

Et, deux ans plus tard, je vois arriver Sopheat, fier et debout derrière un fauteuil roulant qu’il utilise comme un déambulateur. De loin, il m’appelle, il est méconnaissable et me reconnaît. Son corps s’est réveillé, ses yeux vivent et pétillent. Il communique.

Un grand bonheur se répand sous mes mains… et nous avons joué pendant le traitement.

 

http://www.docosteocam.org/nous-soutenir/

 

Lire la suite

Sciatique et dialogue des mains.

Sciatique, …vous avez dit…sciatique ?

 

Mr Tartan, 48 ans, souffre d’une sciatique de la jambe gauche depuis trois à quatre ans.

Ces douleurs sont invalidantes et le gênent dans chaque instant du quotidien. Les positions de repos sans douleur sont longues et difficiles à trouver.

 

Aucun traitement médicamenteux ne l’a réellement soulagé.

Les examens d’imagerie médicale ne montrent qu’une discopathie lombaire sans caractère agressif. Il n’existe aucun signe de souffrance de sa moelle épinière.

Bien sûr, il n’existe pas de solution chirurgicale.

Comme Mr Tartan insiste et persiste dans sa demande d’être soulagé, on multiplie les examens, jusques et y compris du cerveau, pour finir par évoquer une possible fibromyalgie !

…Et pourquoi pas une hystérie ?

 

A cet instant de l’histoire, je voudrais vous suggérer d’imaginer le coût de la succession d’examens, de consultations, d’essais thérapeutiques, sans oublier les arrêts de travail successifs et finalement la nécessité d’un reclassement professionnel.

Et toutes ces semaines et ces mois à souffrir, et ne pas vivre.

 

Mais revenons à cette consultation.

L’examen ostéopathique révèle une fausse sciatique. Il s’agit d’une douleur diffuse sur un trajet du nerf sciatique qui ne suit pas exactement le trajet neurologique et anatomique du nerf sciatique. D’ailleurs, l’examen neurologique est normal.

Lorsque je demande à Mr T de faire quelques pas dans le cabinet, je vois et entend qu’il pose lourdement son pied gauche sur le sol.

La palpation de sa cheville, alors qu’il est allongé, donne à ma main la sensation de quelque chose de dur et rigide. Il y a presque une défense lors du toucher léger.

Sa cheville n’est pas libre.

Au moment où je m’apprête à lui demander quand et comment il a blessé sa cheville, il explique spontanément qu’une bille de bois lui est tombé sur le coup de pied.

Et…il y a longtemps ?

Quatre ans fut sa réponse !

 

Voici donc l’exemple d’un dialogue simple des mains et des tissus, du toucher et des mots, qui annulent le déni d’une blessure et l’oubli d’un interrogatoire détaillé.

Le diagnostic révélé ici est celui d’un blocage de la cheville responsable d’une dysfonction du tibia (dite « tibia distal antérieur »). Cette dysfonction déclenche à la longue des signes de sciatique dans la jungle desquelles on se perd.

Le traitement de la cheville a traité la sciatique sans avoir à toucher le dos.

Lire la suite

Intention

Un peu de philosophie …à propos de l’intention…

Toucher est un geste délicat, non dénué d’innocence, qui met en lien deux êtres communiquant dès lors, avec leur inconscient. Un de mes enseignants exprime l’idée qu’il y a là, rencontre d’agrégats de cellules inconscientes.

Cela se comprend, mais je préfère garder une unité psychocorporelle qui fait que cette rencontre est à la fois, consciente et inconsciente, quelles qu’en soient leurs proportions, et, qu’elle est provoquée par une intention. Dans mon métier, celle de soigner et d’être soigné.

La main, dans cette action de toucher, est l’émettrice de ce qui se passe dans la tête de celui qui touche. Le receveur devient alors soumis à cette émission.

Qu’y a-t-il dans les pensées du toucheur ? Qu’y a-t-il dans celles du touché ?

Une part de la réponse est dans le mot « intention ». Avoir une intention en touchant implique vouloir faire, et sous-tend l’idée de modifier en fonction de sa pensée. La réalité en ostéopathie est que l’intention ne doit pas être celle du thérapeute mais celle du corps soigné.

Plusieurs traitements ces jours derniers avec des bébés m’ont conforté dans cette idée. Leur corps entre mes mains se positionne pour me montrer où et comment se présente leur problème. Le corps sait alors ce dont il a besoin pour se repositionner correctement, et se libérer de tensions douloureuses, voire, faire un chemin inachevé avant ou pendant la naissance comme se retourner par exemple. Là est l’intention du touché.

Il suffit simplement de le guider avec des mots, des encouragements, un accompagnement du geste.

La pensée, et donc la main du toucheur, est alors présente et attentive, dénuée d’intention.

Elle sera thérapeutique en se soumettant à l’intention du touché.

 

 

Lire la suite

Qu’est-ce qu’un enfant ? (suite)

 

 

Il y a environ 18 mois, j’écrivais sur ce blog un article répondant à la question, « Qu’est-ce qu’un enfant ? »

Un enfant est transparent et innocent.

Aujourd’hui, j’ajoute qu’un enfant peut aussi être opaque et se sentir coupable d’être né.

L’enfant nait avec le poids de sa culture, de l’histoire de son pays, de sa situation géographique, du contexte politique et social, de l’amour ou du désamour.

Il se construit ainsi dans le ventre maternel.

C’est un enfant blessé s’il a perdu son innocence et sa transparence.

Se pose ici la question de sa guérison, celle que l’on cherche dans l’élan d’une force sans contrainte, celle qui transforme et cicatrise les blessures.

Cette force se trouve toujours en amont du courant de la vie.

Je propose trois naissances à la vie : la troisième est celle de la sortie du ventre maternel (accouchement), la seconde, celle de son entrée dans ce ventre (conception). La première se fait dans l’espace-temps crée par l’heure de la rencontre parentale.

C’est au travers de ces trois naissances que se trouve la force de guérison qui réveille la capacité inhérente à guérir présente en chacun d’entre nous.

Lire la suite

Rapport action humanitaire

Rapports Médecins Ostéopathes ALICA/Enfants d’Asie – décembre 2012 – Phnom Penh – Prey Veng

Dr Patrick JOUHAUD (Limoges) – Dr Agnès VAN ACKER (Talence)

PROJET

  • Faire un diagnostic et un traitement ostéopathique chez tous les enfants des foyers cités ci-dessous, ainsi que chez les cadres demandeurs.
  • Donner une formation de base au Dr SIN Sotikun.

LIEUX ET DATES DE TRAVAIL

  • Foyer Chey Chum Neas (CER1+2) (3 – 4 décembre)
  • Foyer de Tuol Seng (CER4) (5 – 6 décembre)
  • Foyer de Beng Trabek (CER3) (6-7 décembre)
  • Foyer de Prey Veng (10/11/12 décembre)

ACCEUIL ET ORGANISATION

Tous les enfants de chaque centre ont été examinés. Ils se sont présentés avec leur carnet de santé ce qui a permis d’avoir accès aux antécédents médicaux de l’enfant.

La présence du Dr Sin, aidée de Mme Retaillau, a considérablement facilité la communication.

Une salle a été mise à disposition dans chaque centre, avec préparation de tables pour les traitements. Le flux des enfants a été géré par le Dr Sin et les mamans. De plus, il a été offert chaque jour aux médecins de l’eau et des fruits.

Par conséquent, le travail ostéopathique a pu être effectué dans d’excellentes conditions.

BILAN MEDICAL ET OSTEOPATHIQUE

  • 205 Traitements

– 101 garçons (4 à 20 ans) – 81 filles (5 à 23 ans) – 23 adultes

  • Pathologies diagnostiquées et traitées ( 4 enfants n’ont pas eu besoin de traitement, l’examen clinique ne montrant aucun problème ostéopathique – plusieurs pathologies possibles chez un même enfant)

– Post traumatiques (séquelles fractures, entorses, chutes, naissance, etc…) : 64 fois

– Oppression thoraciques et blocage diaphragme : 44 fois

– Blocage du bassin : 28 fois

– Souffrance émotionnelle : 102 fois (dont 8 syndromes dépressifs)

– Céphalées : 19 fois

– Troubles de la posture : 16 fois

– Séquelles de malnutrition : 6 fois

– Douleurs rachidiennes : 11 fois

– Epilepsie : 2 fois

– Psoïte : 1 fois

 

 

 

  • Formation Dr SIN Sotikun
    • Enseignement des principes ostéopathiques de la main à la main avec mise en pratique immédiate de gestes simples pour traiter les bocages du bassin, ceux du diaphragme, les céphalées, l’axe vertébral et quelques situations post traumatiques.
    • Techniques enseignées :

– Apprentissage examen et traitement épaule, cheville et hanche (MFR – TOG)

– Traitement d’entorse de cheville (BLT)

– Manipulation rachidienne en inversion de paramètres

– Traitement BLT charnière crânio-rachidienne

– Traitement MFR thorax et diaphragme

– 1ère approche du traitement ostéopathique crânien, et traitements crâniens de tensions des membranes

  • Cours théoriques :

– Présentation (diaporama) anatomique et mécanique de la charnière crânio-rachidienne, de la théorie des 3 diaphragmes

– Repérage manuel du point neutre, et apprentissage des notions théoriques de point neutre, et de, présence/attention/intention.

– Elaboration d’un diaporama avec photos laissant une trace de toutes les techniques apprises.

  • Synthèse :

– Prise de confiance dans la prise en charge de la consultation, tant sur le plan du diagnostic ostéopathique que dans la mise en place du traitement

– Progression dans la qualité du toucher et dans une traduction diagnostique

– Le Dr SIN Sotikun fait preuve d’une réelle motivation dans la prise en charge des enfants à l’aide des traitements ostéopathiques et dans le suivi de cet enseignement.

 

 

 

Lire la suite

Expèrience cambodgienne…ou, réflexion à propos du projet parental.

 

Au cours des traitements effectués au Cambodge pendant ce mois de décembre, la question du projet parental s’est posée entre mes mains.

Nous sommes tous sensibles en Europe à cette notion et nombre de groupes et associations y travaillent. Tout faire pour que l’enfant soit intégré dans un projet sans aller jusqu’à la projection des parents sur leur enfant.

Pas loin de 200 enfants orphelins ou vivant dans une extrême misère ont été traités par le Dr Van Acker et moi-même. Ces enfants ne sont pas issus d’un projet parental. Plus de la moitié d’entre eux ont livrés dans nos mains une souffrance émotionnelle majeure.

Les enfants disaient leurs difficultés de sommeil, des céphalées, des gastralgies, une oppression dans la poitrine, et la plupart du temps, ne se plaignaient de rien.

Nos mains d’Ostéopathe ont perçu des tensions importantes dans les structures du corps, comme une sensation de mur, d’une pierre, d’un bloc, sous-jacent à une colère rentrée, une profonde tristesse, de la déception, un grand désarroi, de la peur également, une terrible résignation toujours.

Ces enfants ont dit l’histoire d’un peuple détruit par le génocide des années 70, et trente années de guerre. Le résultat en fut une déstructuration totale de la société, l’éclatement des familles, la perte des repères moraux et des anciens systèmes de solidarité. Le Cambodge se relève difficilement de ses blessures profondes. Les principales victimes sont les enfants.

Ces enfants ont dit leur histoire personnelle d’être né dans la misère sociale et morale, dans le désamour parental, le viol parfois, l’intoxication par la drogue, la maladie ou les tentatives d’avortement. Ces enfants ont ouvert leur cœur blessé d’enfants abandonnés une fois par la mort d’un père ou d’une mère, deux fois lorsque la famille n’a plus pu s’occuper d’eux et les a confiés à l’orphelinat, trois fois lorsqu’il y a eu séparation de la fratrie.

Les traitements ostéopathiques ont supprimés les blocages tissulaires et vont permettre à ces enfants d’intégrer cette terrible mémoire émotionnelle à leur présent. Je pense en écrivant ces mots à la fable de La Fontaine, Le chêne et le roseau, et je souhaite au plus profond de mon cœur que leur corps reste roseau longtemps.

Lire la suite